Alger 2

Je vais demander à des éditeurs et des écrivains à Alger pourquoi c’est tellement rare de ne pas écrire en arabe maghrébin? pourquoi faut il toujours faire du français, ou de l’arabe littéral ?

Naturellement je suis chez mon pote Rachid qui bosse pour Dalimen éditions, le tout nouvel éditeur en bandes dessinées, et qui va me faire rencontrer des tas de gens dans l’édition, quelle chance !

6/5/10

L’aéroport d’Alger est tout neuf, plastique et goudron. Rachid vient me chercher et on passe poser les sacs à sa maison. C’est un HLM à l’est d’Alger vers Kouba, gué de Constantine. Puis on va faire un tour sur la « nouvelle » plage de Bab el oued avant d’aller chercher Yas au boulot. C’est la plage construite sur les gravats du torrent de boue de 2001. Mais ça a bien changé : y a presque plus de plage, on a tout de suite les pieds dans l’eau, alors qu’en 93 c’était comme ça :

Le 7/5/10 on a fait un tour à la madrague pour manger du bon poisson.

Les petites maisons qu’on voit sont les « cabanons » construites par les pieds noirs. C’est la sortie en famille du week-end pour les Algérois après la prière du vendredi.

Le canal du port de pêche, des pêcheurs dans une barque, et des maisons secondaires de pieds -noirs.

Ensuite samedi on est allées au jardin d’essai avec Yasmina.

Il a été fermé pendant les « événements » disent les algériens c’est comme ça qu’on parle de la guerre civile (qui aurait fait selon les ONG et les observateurs 200 000 morts c’est le chiffre le plus crédible ) ; là il a été remis en service récemment, le temps de se refaire une beauté. Voyez plutôt :  ce sont des ficus avec leur racines immenses qui font des lianes.

à l'entrée

 

 

 

 

 

 

 

On s’est baladées dans le parc dans l’allée des ficus c’est comme un pont. J’ai du bol je l’ai vu en 93 juste avant que ça ferme et je le revois l’année de sa réouverture.

Avant y’avait des animaux du Zoo mais là ils en ont pas encore remis.

 

 

Puis on a rejoint Karim (le frère de Rachid) et Rachid pour acheter des boucles d’oreilles pour l’anniv de la maman de Rachid. Après quoi, nous sommes allés chez les parents de Rachid qui ont un chouette appart au dessus de la gare de l’Agha . Je m’en rappelais vaguement j’étais passée en 93 avec Rbi3a la sœurette de Rachid.Voici ce qu’on voit du balcon -en haut-. On a super bien mangé des tas de choses servies par la sœur de Rachid -qui est tout de même au service de tout le monde, elle avait qu’à pas être une fille- puis on est rentrés : y a personne la nuit à Alger. Trois bagnoles cinq barrages…en même temps les barrages ça a l’air efficace.

jardin d'essai vu d'en haut

z'avez vu on voit le monument des martyrs au fond

      Dimanche  9/5/10                                                                                                                       Wah ! on a vu le Hic en vrai! c’est un pote de Rachid. On est allés au café tennis, décidément c’est un bon plan -c’est là que Mimo nous avait emmené en 93-On a bu un coup et puis on est retourné au centre d’Alger puis à Dalimen éditions où bosse Rachid. On cause dans la voiture y’a plein d’embouteillages le jour. Le tremblement de terre de 2003 a fait 50 000 morts. Franchement les Algériens ils ont pas de pot, avec les « événements », le torrent de boue en 2001 et le tremblement de terre en 2003…

10/5/10

On mange avec Yasmina et je vais faire un tour à Shihab éditions. Il n’y a que de la littérature francophone, ou en arabe littéral et surtout des manuels scolaires en arabe littéral, donc. Rachid me dit qu’il n’y a pas vraiment de livres pour le plaisir chez les gens, et du coup c’est forcément un ouvrage littéraire en « belle langue » donc.

Puis on fait un tour aux Tagaras un quartier détruit par les français quand ils sont partis (ils ont tout pété) c’est en haut de la casbah, on a pris plein de photos  et on est allés faire un tour à l’Aurassi : de la terrasse on peut boire un coup en voyant tout Alger c’est superbe. En plus l’Hôtel est très James Bond c’est marrant. Je crois que c’est le truc à droite de la photo.

Voici l’intérieur

les ascenseurs                                                   wa!  et la vue de la terrasse

Et Rachid devait un peu aller bosser alors je suis allée avec lui chez Dalimen éditions. J’ai rencontré Dalila, sa boss, qui est très chouette et qui entrevoit une possibilité d’utiliser la darija en bandes dessinées. Il n’y a que Noun qui fait tout en arabe -maghrébin- en existe-t-il d’autres ? Il y en a déjà des mélanges de langues dans ce qui existe déjà, chez tous les dessinateurs algériens, Slim, Aïder, Haroun, le Hic,  Gyps, Dahmani, Dilem, -et j’en oublie- utilisent des expressions en darija. Bref il faut venir au FIBDA, le festival de BD d’Alger. Puis elle me cause d’Obama (!!!)  à qui elle a serré la main je ne sais plus dans quel cadre. Je lui ai aussi serré la main, alors hein, si A+B=AB…

Mardi 11/5/10

J’ai rencontré Bachir Mefti de l’association el Ikhtilef (la différence). Ils éditent surtout en arabe et en français.On a rendez vous à la grande poste et on va dans un café  à côté -rue ben H’midi-Il est là avec un pote écrivain francophone, Abd el Krim Chellal. Les deux m’expliquent que ce n’est pas possible d’utiliser la langue dialectale pour écrire, ils auraient l’impression de dire des gros mots.

on boit de la hamoud et ben laden menace le mondial

Je dis « oui mais quand ta mère t’as parlé quand t’étais enfant en arabe, elle t’a pas dit de gros mots ? » Je note leurs réticences et leur adoration de la langue des lettres (français ou arabe littéraire) et je bois mon Hamoud  -de loin la meilleure limonade du bled- Donc pour eux c’est impensable d’écrire en dialecte, l’algérien c’est pour la rue.(j’avais pourtant pas l’impression que mes voisins « les arabes »* passent leur temps à s’insulter).

*c’est juste du politiquement pas correct pour aller plus vite. Puis on est rentrés se faire une bonne bouffe « bukhat  et cherchuka », avec du vin Koutoubia (qui envoie). Il vient de la région d’Oran, je comprends mieux pourquoi le Raï.

Mercredi 12/5/10

Rachid va m’emmener voir Selma de Barzakh éditions. La maison (grande) qui appartient aux éditeurs est dans Hydra, une banlieue pas abordable.(l’équivalent du Vésinet-le Pecq -Châtou). Le rez de chaussée de la maison sert à travailler. C’est donc là que j’ai rendez-vous. Selma m’explique qu’il y a des résistances pour écrire en maghrébin.(j’ai vu, oui) Elle est très chouette, me file un tas de bouquins et m’explique qu’une sœur -y’a encore des écoles chrétiennes en algérie?- a fait un ouvrage didactique en « vieux » maghrébin littéraire genre Chââbi, et c’est un petit Prince de St Saint-Exupéry. Sigh !-tu vas pas me dire qu’en littérature jeunesses y’a pas plus récent? . En plus, il semble que finalement ça se vend pas très bien, les gosses ne reconnaissent pas leur langue.Puis, c’est une journée remplie, on redescend à Bab el oued, où j’ai rendez vous  avec Rachid Mokhtari, un ancien collègue de Rachid et Yasmina, quand ils bossaient à Liberté.Il est très intéressant, il a été linguiste et me recommande de lire Abdou Elimam, qui est très revendicatif et pour l’utilisation du Darija (arabe maghrébin). J’ai trouvé le bouquin à la librairie du tiers Monde.(y a que des mecs sur la photo)

Puis on est allés au Makam (l’espèce de mall sous le monument canadien) qui est vide depuis les « événements ». Y’a plein de boutiques mais pas grand monde.

un café vide

Et pendant que Rachid bossait,  j’ai fait des courses à Messoniers, c’est les puces en neuf et pas cher. C’est la fête du foot, juste avant la coupe du monded’Afrique.On voit dans le quartier, des superbes bâtiments que les colons s’étaient fait construire. (ah ben ouais, ça a du les faire chier de laisser ça).

on dirait la louisiane

Je suis aussi retournée voir la  maison de Karim qui nous avait hébergé en Juillet 93, ça n’a pas changé.

on était comme des reines dans un de ces apparts

Naturellement, je me suis fait brancher par un gars qui est linguiste connait 5 langues et va m’apprendre l’Histoire du Maghreb. (Stora fait ça mieux que toi je pense) Il a redescendu tout Didouche -qui n’était pas sa direction initiale- avec moi. Heureusement en bas y’avait Rachid à la grande Poste.                                 Je mets aussi une photo de la boîte aux lettres, même si c’est la photo de tous les touristes. et là c’est le plafond de la poste.

Puis on est allés chez les parents de Rachid incruster pour manger des choses très bonnes -comme d’habitude- et Oh ! Une bouteille en verre de selecto a explosé, c’est dangereux le selecto ! et Karim m’a montré plein de vielles photos d’Alger. Mais ça n’a pas tellement changé.

Je n’ai pas pris le cimetière El kettar en photo pourtant ça vaut le coup. Mais à la place j’en ai quelques une en vrac .

Cet article a été publié dans la gaouria à Alger. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s