Gap Gaspe

Voici quelques bons souvenirs de ma vie gapençaise (de 9 à 15 ans) apparemment certains comme moi avant, ont envie de se barrer :

nik

Voilà où j ai fait mon Cm2, préau j ai un souvenir ahuri de la carte murale des Hautes Alpes en L inversé, avec les rivières, l’agriculture et un mouton. Le maître ne rigolait pas, je crois qu il s’ennuyait à mort, comme nous tous.

Là c’est le préau où j’ai pris ma première raclée. Un con, hockeyeur de surcroît, m’a plaquée contre le mur et étranglée parce que je ne voulais pas ramasser un truc par terre pour lui. Il m’a mis une baffe ou deux, j’ai pleuré de rage mais j ai quand même pas ramassé le truc et je l’ai insulté à mort, du coup il a continué de me claquer mais un instit’ a fini par venir à mon secours.

Là c’est le collège où j’ai appris la fourberie de mes copines. college lycéeUn jour, y en a une qui m’a téléphoné pour me dire des tas de vacheries sur une autre ;  moi naïve et encouragée par la une, j’ai contribué à la « on dit des saloperies sur l’autre » … et la une m’a passé l’autre qui était à l’écouteur. Après ça, je voulais plus retourner à l’école.

Là, à gauche,

c’est la salle de latin (au rez dechaussée) 17h-18h, où une grosse horloge nous montrait sa grosse aiguille que j’ai cru en panne des tas de fois. Je comptais les secondes et les minutes en espérant ne pas être interrogée.

Juste au dessus il y a la salle de maths, où j’ai eu M.Genin de la sixième à la quatrième, un gars qui savait dès la fin septembre de sixième, qui de ses élèves irait en S ou pas. Ben, j’étais pas dans le lot, après avoir fait une magistrale division au tableau, qui s’était transformée en humiliation publique, les maths ça a toujours été un peu difficile.

sciences

Là c’est la cour du lycée, dans laquelle il y avait la cantine. Au fond le gymnase et l’infirmerie, à côté, ça tombe bien.

sciences…les salles de science au balcon, les permanences au RC les salles d’ emt (travaux manuels / techno quoi…) dans des préfabriqués à l’amiante qui n’existent plus. entrée

Et aussi la salle des pions, où il y avait un fichier avec tous les élèves et leurs photos. Je ne sais plus comment j’ai réussi à y piquer la photo de Nicolas Bonnardel, mon platonique de l’époque. (Il avait la langue des Stones sur sa veste en jean, signe distinctif de haute qualité) Et si je le croisais dans la journée, la journée était tout à fait réussie. J’ai du lui dire timidement « Salut » l’année d’après, mais tous mes espoirs ont été anéantis lorsque ma pote Flox m’a dit un jour qu’il sortait avec « Lapin » (surnommée ainsi injustement à cause de ses dents ;  on s’est beaucoup dépêchées de trouver tous les défauts du monde à Lapin, et pire que tout, sa bêtise crasse, reflétée par son ignorance totale du rockand roll, la pauvre).

Dans ce magasin de la rue Carnot langue étrangère -qui n’était pas encore un Camaieu-j’ai un jour décidé de rentrer en inventant une langue et en faisant la fille perdue. (j’avais 10 ans et pas de langue étrangère au français)

C’était vraiment rigolo de dire des trucs qui n’existent pas et de voir que les adultes font des efforts vains pour trouver ce que tu racontes, et veulent tous s’occuper de toi…mais ça s’est méchamment compliqué quand beaucoup trop d’adultes se sont mis à m’entourer et à décider que puisque j’étais perdue il fallait alerter la police. J’ai réussi à faire comprendre que ma mère m’attendait quelque part « place Djean Marsoualin » et que tout allait bien, et ensuite j’ai évité le rue Carnot (principale à Gap en gros y’a trois rues) pendant 6 mois, de peur qu’on me reconnaisse.

Voici le commissariat police ; un jour que j’avais volé des crayons et des gommes à la con -plein-, je m’y suis retrouvée et c’est ma maman qui a du venir me chercher en sortant du boulot (chouette). Le gérant du monoprix n’avait pas trouvé ça drôle du tout (mes nattes blondes n’attendrissaient plus personne) et nous a livré aux flics : on allait régulièrement piquer avec Estelle Jusseaume des saloperies pour les refiler gratos au collège et se faire des copines, ce qui avait l’air de marcher plus ou moins. Mais le père d’Estelle était avocat et elle n’est pas restée chez les flics. Quant à moi j’ai appris du même coup que la loi n’est pas pareille pour tout le monde et que les gens qui t’aiment beaucoup quand tu leur donnes ce que tu as piqué pour eux, deviennent tes pires ennemis quand c’est l’heure de te traiter de Voleuse.

Voici le mur muretoù j’ai passé des heures de perm avec mon pote Durbec à traduire et échanger des cassettes  des Clash des Damned et des Sex Pistols et à se familiariser avec les Bérus et Gogol 1er (en crachant sur Cure). Tout au fond on voit la porte de la salle d’allemand, où M. Delaye, mon prof de la sixième à la troisième a mis une grande tarte pour rien (des devoirs non faits) à mon pote le fils de la quincaillerie qui est devenue ce magasin.quincailleriee d

 

Ce Yves Rocher était aux parents d’Emmanuelle Dusserre, une grande très populaire (genre Cheerleader) que j’ai pas arrêté d’emmerder toute mon année de troisième. Un jour je l’ai tellement saoulé qu’elle m’a poursuivie dans la cour pour me lancer des poids (on faisait athlétisme) mais j avais appris à courir depuis la cinquième.

Et maintenant Gap a tellement changé que j’emmène Valente boire un coup à l’ancien café des pauvres…rebaptisé le Zen Eat -ohohoh jeu de mots, mais attention, comme dans tout truc à touriste, le jeu de mot est très répandu… avant y avait le Pub pour les « sombres », Diversion » pour les branchouilles et le café des pauvres pour les pauvres…Mais ce qui ne change pas à Gap, c’est que le dimanche c’est ville morte, même les cafés sont fermés.val

Cet article a été publié dans Sid stories. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s