lettre aux (D)jihadistes paumés

Lettre ouverte aux paumés djihadistes

Vous partez en Syrie pour faire le djihad.

Vous voulez aider ces gens maltraités par Bachar.

Vous revendiquez l’islamisme en France et vous vous sentez victime de l’islamophobie.

La guerre sainte sunnite contre Bachar, un alaouite chiite vous semble très justifiée, vous êtes un héros qui vole au secours de la population syrienne, et qui veut installer au pouvoir le sunnisme, la « vraie » branche de l’islam pur.

Alors, vous voilà moujahidin, ou taliban ? c’est là qu’on commence à ne plus trop savoir ce que vous voulez…

Etes-vous certain que ce que veut le peuple de Bachar, c’est installer une république islamique sunnite ?

Finalement, un pouvoir religieux, comme en République islamique d’Iran, sauf que là-bas, ils sont chiites, c’est des ennemis qui d’ailleurs soutiennent Bachar.

En fait c’est juste histoire d’être pas d’accord, la finalité est la même : installons une dictature religieuse, avec un guide suprême,  une chari’a. Mais sunnite.

Je crois que le peuple syrien ne veut plus de dictature, plus de contrainte religieuse, plus de prisons plus de peine de mort…

Vous voilà fin prêt, après avoir interprété le Coran à l’arrache avec des imams peu scrupuleux.

Des imams autoproclamés dans les rangs du FIS ou du GIA dans les années 90 en Algérie.

Vous pensez que tout le monde devait vivre comme en 732, mais vous ne savez plus trop si vous êtes salafiste, fondamentaliste, en tous cas vous êtes très vertueux. Et votre femme est naturellement intégralement voilée, c’est elle qui a choisi, vous êtes « ouvert ».

Je crois que vous confondez islam et islamisme : l’islamiste est barbu, moyen-âgeux, il dit « la yadjouz » , il interdit le blasphème la musique et le vin, il éclate des bébés contre les murs, il enferme les femmes… on ne parle pas du simple musulman qui respecte les 5 piliers dans son coin, on parle du shetan, le vrai, celui qui lapide les gens, coupe les mains, fouette les mécréants, celui qui est d’un autre siècle, au nom d’un djihad décrit dans un livre médiéval, et qui revient l’air de rien un peu partout.

Votre engagement guerrier est d’autant plus étonnant que vous avez été élevé dans un pays où il existe une liberté de penser et d’agir, où l’enseignement est pour tous, où la caisse d’allocation familiale vous a permis de grandir et de partir en vacances, où la caisse d’allocations chômage vous a permis de vivre, où l’assurance maladie vous a permis de vous soigner, tout ça dans un pays avec l’eau au robinet quand on a soif .

Donc, vous choisissez d’abandonner ces choses confortables, mais pour un temps seulement.

Car, quand vous aurez eu l’impression d’avoir suffisamment contribué à la guerre civile qui sévit dans ce pays (d’ailleurs vous allez vous rallier à qui exactement ?) que vous serez blessé par un éclat de bombe (au mieux) ou mort (au pire), vous viendrez vous faire soigner ou rapatrier à grands frais français (puisque ça ne vous plaît pas, mais vous êtes français malgré tout et l’ambassade de France vous ramènera à tout prix).

Partez en Syrie, en Afghanistan ou ailleurs, mais faites votre choix une bonne fois pour toutes, vivez comme les locaux. Laissez derrière vous la Caf, pôle emploi, l’assurance maladie… Et découvrez avec bonheur la vie sans argent, sans soins, sans confort et la guerre.

Rappelons toutefois quelques extraits de sourates qu’on ne peut pas interpréter et qui devraient guider vos pas :

Evitez de tuer :

  • l’interdiction de tuer des innocents (« Épargner les enfants, les fous, les femmes, les prêtres, les vieillards et les infirmes, sauf s’ils ont pris part au combat » 9)49 ; (Cor. V, la Table servie : 31-32) : « Tuer une seule personne (innocente) est comme tuer toute l’humanité ».

Attendez d’être agressé avant de riposter :

  • l’interdiction de provoquer le chaos (al-fitna50(Cor. II, La vache : 190-191) : « Le chaos (fitna) est pire que la guerre. Tant qu’eux ne vous combattront pas dans l’enceinte sacrée, ne leur livrez pas la guerre. Si eux vous déclarent la guerre alors tuez-les. Voilà la fin des infidèles ». Là vous êtes mal, dans le cas de la Syrie ils sont tous fidèles…

et s’il vous prend l’envie de faire le kamikaze :

  •  (Cor. IV, Les femmes : 28-29) : « ne vous donnez pas la mort ».
Cet article a été publié dans ah bé moi je suis pas d'accord, hein. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s